Le Comité BAILS dénonce avec force et conviction l’intervention policière aux abords des lofts Moreau et l’attitude de l’arrondissement dans le dossier

Montréal, le 6 septembre 2013 — Aujourd’hui, le 6 septembre 2013, le propriétaire du 2019 Moreau, Vito Papasodaro a décidé de faire cesser l’occupation légitime de son terrain qui avait été initiée par le comité BAILS le 1er septembre dernier. C’est par une intervention assez brutale que le SPVM a répondu à l’appel du propriétaire des lieux. L’immeuble abritant les lofts Moreau a d’ailleurs été encerclé par les forces policières qui en empêchaient l’accès aux locataires qui tentent de déménager suite aux demandes de l’arrondissement.

Le comité BAILS dénonce avec force et conviction l’intervention menée par le SPVM et l’arrondissement. « M. Papasodaro ignore les avis de l’arrondissement depuis de nombreuses années, mais lorsque celuici demande l’aide au SPVM et à l’arrondissement, ces derniers accourent pour l’aider! C’est à ni rien comprendre» s’insurge Jonathan Aspireault-Massé, coordonnateur du comité BAILS.

De plus, des cols bleus flanqués de trois camions de la Ville sont venus procéder au nettoyage du terrain privé, et ce, même si le propriétaire des lieux ne respecte pas la réglementation municipale depuis de nombreuses années. En somme, la Ville met à la disposition du propriétaire son service de police et de voirie, pendant que les locataires sont à toutes fins pratiques, laissés seuls dans cet épreuve.

L’occupation du terrain situé sur Ontario dure depuis le 1er septembre sans qu’aucun incident ne soit à déplorer. La brutalité de l’intervention d’aujourd’hui contraste avec le civisme des occupantes et occupants depuis le début de l’action.

Bien qu’ayant fait preuve d’initiative en matière de logement dans l’arrondissement, le comité BAILS considère que le maire M. Ménard est responsable de la dégradation de la situation. «Au lieu de finir son mandat avec un bon bilan en matière de logement, note M.Aspireault-Massé, il devra entamer la campagne électorale comme le maire qui a enterré les lofts Moreau et a permis à un propriétaire délinquant de se remplir davantage les poches avec un projet d’embourgeoisement du secteur!» Quant au propriétaire, l’organisme dénonce l’arrogance avec lequel il traite le dossier. M. Papasodaro est le seul responsable de l’état de l’immeuble, toute tentative de blâmer l’arrondissement ou les locataires n’est que manoeuvre de diversion.

Le comité BAILS tient à rappeler son projet de transformation des lofts Moreau en logements sociaux. «La voie du privé n’a pas fonctionné, il pourrait y avoir un superbe projet sur ce terrain et dans ces immeubles pour les artistes et peut-être pour des gens du quartier!» se désole le coordonnateur.

– 30 –

Pour de plus amples informations

Jonathan Aspireault-Massé, coordonnateur du comité BAILS,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *